Sur ma table de chevet : Lettre d’amour sans le dire

Je ne connaissais Amanda Sthers que de nom mais intriguée par son passage à La Grande Librairie j’ai voulu la découvrir d’autant plus qu’il était question dans son roman de Japon !
Mais à ma grande surprise je n’ai pas été convaincue par ce mini roman…

☆ Nous découvrons une femme approchant la cinquantaine aux prises à un passé compliqué, qui lie une relation particulière avec sa fille (on peut même dire totalement absente) et qui se retrouve malgré elle à vivre à Paris.

Un jour, elle se rend dans un centre de beauté et sous les mains d’un masseur japonais, elle va retrouver goût à la vie, en faire un rendez-vous régulier et faire la paix avec son corps…

En tombant sous le charme de cet homme, elle va commencer à lui écrire « leur » histoire, apprendre le japonais et retrouver un peu de sa vie oubliée…

L’idée est belle : celle d’une femme qui se redécouvre physiquement puis intellectuellement. A cela, s’ajoute un soupçon de Japon à travers des mots (et leurs définitions), à travers une façon de vivre différente, des non-dits entre deux personnes de deux cultures différentes.

L’idée était donc séduisante mais pour ma part jai trouvé le roman inachevé, un brin « facile » manquant relativement de profondeur, donc l’intérêt pour cette femme ou son histoire n’était pas au rendez-vous et pour une amoureuse de la culture japonaise, je suis restée sur ma faim… Déception donc !

J’imagine qu’avec une centaine de pages en plus, on aurait pu vivre l’histoire plus intensément ou peut-être se laisser plus vivement happé par la renaissance de cette femme qui s’était totalement oubliée dans sa propre existence… peut-être !

Cette histoire ne m’ayant pas convaincue je ne pense pas, pour le moment, vouloir découvrir l’univers d’Amanda Sthers plus en profondeur mais si vous avez eu des coups de coeur pour ses écrits précédents alors je suis tout de même preneuse !

Zeen Social Icons

Plus d'articles
Sur ma table de chevet : Les septs morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton