Le monde de la nuit par Karel Chladek

La nuit

Ce monde onirique remplit d’ombres, de silhouettes, de lueurs

Ce monde fantasque, fantasmé et rempli de fantasmagories

Cet univers sombre, opaque, transparent, lumineux

Cet univers mystérieux, infini, insondable

Rempli d’êtres en quête

En quête de sens, de vie, de liberté, de poésie, de déchirures, de rencontres, de peurs et d’envies

Cette lumière unique qui s’assombrit puis s’éclaire

Des ténèbres au crépuscule

Qui ne dure qu’une fraction de seconde ou une éternité

Ce monde qui aspire autant qu’il inspire

Ce monde de fêtes, d’électricité, d’amour, de sexes, d’espoir et de chute

Ce monde aussi sombre que magnifique vu par Karel Chladek au gré de ses errances dans les night clubs de Montréal est un pur joyaux de l’être humain à l’état brut, dans sa liberté la plus pure, sans artifices ni faux-semblants. On y ressent l’amour, le désir, la joie, la transcendance de la jeunesse qui jusqu’au bout de la nuit oublit, s’oublie et vit…

C’est cinématographique, sensuel, intime sans jamais devenir grossier, vulgaire ou intrusif.

C’est beau, ça donne envie de se mouvoir à nouveau dans l’univers de la nuit, de la fête, de l’oubli, de l’instant et de l’amour….

 

 

 

 

I went into a nightclub with no other intent than finding love, just not my own.

Slowly, as you watch day turn to night, you start to understand that it is the most intimate kind of love that grows in the dark.

Zeen Social Icons

Plus d'articles
Bande de créateurs : Flower Power !